En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Océanides Project

Conception de Scylla

Par SANDRINE GAYRARD, publié le mardi 26 mai 2015 10:04 - Mis à jour le vendredi 19 juin 2015 12:39

On voit Scylla au centre, la bouée que nous avons conçue et Phébus à droite, la bouée témoin.
Nous les avons mises à l'eau grâce au zodiac des Affaires maritimes de Marseille. 
Grâce au système Argos, Scylla notre bouée océanographique nous envoie des données depuis la mer Méditerranée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici la structure mise à l'eau dans son intégralité : une bouée en surface puis une ligne de mouillage de 35m comprenant des capteurs de température. Au fond, un lest de plus de 8 kg permet une flottabilité à "l'équateur" de la bouée et une ancre flottante en tissu permet de suivre le courant sur les 35 m de profondeur.

 

La conception commence au labo du lycée : 1ère étape, choix du nom, gravure des références sur la coque en ABS fournie par le CNES et décoration de la bouée selon le thème littéraire :

 

Scylla est un monstre marin représenté dans la mythologie par un immense tourbillon.

Les bateaux qui passaient entre Charybde et Scylla étaient destinés à couler entre les mains de ces deux monstres...

 

 

 

 

 

Voici un capteur de température : il y en a 3 : un dans la bouée, un autre sous la bouée dans l'eau et le dernier à 35m de profondeur.

Voici l'accéléromètre utilisé par le tempétomètre : il permettra à terme de mesurer amplitude et fréquence des vagues ; mais il est très difficile à étalonner au lycée !

 

 

 

 

A l’intérieur de la bouée, un boitier étanche permet de protéger les circuits imprimés et les batteries de toute immersion.

A droite, on voit le tempétomètre, capteur de houle conçu au lycée : celui-ci nous permet de distinguer une mer calme d'une mer agitée.
A gauche, le boitier de piles : un jeu de piles pour le système de transmission aux satellites (Héra), l'autre pour les capteurs de température, humidité et tension des piles et le dernier pour le tempétomètre.
Au milieu, la zone de passage de l'antenne

 

 

 

 

 

 

 

Ce boitier est fixé au plan de masse, plan équatorial au-dessus duquel il n'y a aucun matériel pour que l'antenne puisse émettre sans parasite.

 

 

 

Représentation sur Solidworks de la structure interne de Scylla puis coupe avec de haut en bas plaque de fixation (jaune), circuit tempétomètre et circuit Héra (vert).

 

Et voici la bouée terminée : hémisphère Nord bourré de polystyrène pour éviter l’immersion ; hémisphère Sud fermé par le plan de masse et au-dessus, l’antenne

 

 

 

 

Les élèves au travail...