En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Ça se passe à Monteil

Sorties culturelles : information générale

Par les documentalistes, publié le lundi 28 septembre 2015 12:54 - Mis à jour le lundi 28 septembre 2015 13:08

Lycée général/technologique et professionnel MONTEIL

 

Sorties culturelles en soirée à la M.J.C. de Rodez

 

 

Jeudi 26 novembre, 20h30-22h

Cendrillon

1€ pour les adhérents FSE

Théâtre

 

Jeudi 18 février, 20h30-21h20 suivi d'un échange

Le tour du monde des danses urbaines en 10 villes

4€ pour les adhérents FSE

Danse

 

Mardi 10 mai, 20h30-21h30

L'instinct du déséquilibre

4€ pour les adhérents FSE

Cirque

Par les élèves de terminale de spécialité théâtre du lycée Jean-Vigo à Millau. Joël Pommerat // Ados En Scène

Des images vidéo, documentaires ou fictives, fournissent une base visuelle, qui sera successivement présentée, incarnée, commentée ou encore détournée par la danseuse Ana Pi sous le regard de deux chorégraphes : François Chaignaud et Cecilia Bengolea.

Pour la quête d’un geste parfait, même s’il est fragile, bancal ou défectueux…La compagnie ariègeoise IÉTO poursuit sa recherche sur le mouvement acrobatique, le geste et la danse.

Sandra ou « Cendrier », une jeune fille en deuil suite à la mort de sa mère, se retrouve dans sa nouvelle famille recomposée. Dans la maison, elle s’inflige les corvées les plus pénibles, subissant la méchanceté de sa belle famille.

 

Un Cendrillon éminemment moderne, où il serait question de l’usage de la mémoire et de l’oubli, pour renaître au monde, dans la fleur de l’adolescence…

 

Sarah Carlini et Philippe Flahaut, les deux artistes formateurs et les élèves de terminale de l’option théâtre du lycée Jean Vigo de Millau, ont misé sur le décalage satirique et montré la face cachée de Cendrillon. Avec force et générosité, ils nous entrainent de Prokofiev aux Béruriers Noirs, dans un univers où le merveilleux devient « Punk » !

Les danses urbaines en Amérique du Sud, aux États-Unis, en Europe, en Asie et en Afrique, sont toutes connectées à la diversité des danses africaines, qui ont migré dans le corps des esclaves déportés, et des immigrés.

 

Pour chacune de ces danses, il s’agit d’évoquer le contexte (géographique, social, culturel), les caractéristiques propres en terme de mouvements, de postures corporelles, les modes de pratique (battle, boîte de nuit, équipe, etc...), les styles musicaux et attitudes vestimentaires qui y sont associés.

 

Il s’agit de rendre hommage à ces cultures et à leurs spécificités et de tisser des liens entre le plateau et la rue, de ne pas opposer, ni discriminer ces histoires.

Un monde en suspension. Un reste de monde plutôt.

Comme une île presque engloutie qui n’attend que la dernière bascule. Trois hommes et une femme tentent de cohabiter. Leur îlot symbolique est en équilibre instable. Le moindre mouvement semble capable de le renverser.

 

Ça parle d’un “vivre ensemble” mais finalement surtout de solitudes et de survie.

 

On joue à atteindre les limites parce que le danger est drôle et que le risque peut à tout moment basculer vers le fou rire.

Catégories
  • Culture