En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Ça se passe à Monteil

Exposition Itinéraires Poétiques Oulipiens

Par les documentalistes, publié le vendredi 23 janvier 2015 08:51 - Mis à jour le jeudi 29 janvier 2015 16:38

 

Les élèves de première 603 et 604 du Lycée Alexis Monteil ont mis leurs pas d'apprentis poètes dans ceux de Jacques Roubaud pour partir à la (re)découverte de la ville de Rodez, en proposant une cartographie poétique oulipienne aléatoire parce que subjective.

Vous trouverez ainsi exposés leurs textes, résultats de parcours réels ou virtuels, et de contraintes (à la manière oulipienne) explicitées... ou pas. Ecrits à deux ou quatre mains, ces sonnets ont vocation à proposer un regard renouvelé sur un espace riche en potentialités poétiques.

Les 1ères S du lycée A. MONTEIL : scientifiques… et poètes !

C’est à une exposition à la Médiathèque de Rodez qu’a conduit la séquence de travail sur la poésie faite par les élèves de deux Premières S du lycée Alexis Monteil. A travers cette exposition qui propose une cartographie poétique de la ville de Rodez et des productions (textes, recueils) qui sont le résultat de parcours réels ou virtuels, l’objectif était double : évidemment, en premier lieu, le but a été de donner à (re)découvrir une ville sous un autre jour, à travers le regard d’élèves qui d’ailleurs n’étaient pas forcément tous familiers de cet espace urbain ; mais il a aussi été question de donner, à travers leurs textes, l’illustration d’une poésie qui ne soit pas un genre aride et peu accessible. 

La poésie, un genre littéraire qui peut faire peur par sa difficulté de lecture ?

C’est souvent que ce que l’on pense quand on reste sur l’a priori d’une poésie qu’il faudrait nécessairement déchiffrer pour en percer les enjeux. Mais la poésie, c’est en fait autre chose : c’est le plaisir des mots et de leur force évocatrice, que cela conduise à des textes sérieux… ou à des textes plus légers, voire comiques. Le programme de français au lycée invite à faire percevoir « la liaison intime entre le travail de la langue, une vision singulière du monde et l'expression des émotions ». Avec le travail mené par les élèves de première S, un des enjeux aura justement été de dédramatiser cette question du «  travail de la langue ». Et de ce point de vue-là, l’OuLiPo, groupe littéraire expérimental (encore actif), était un exemple intéressant à étudier et suivre puisqu’il aborde la littérature de façon tout à fait ludique.

Les élèves n’auront donc eu qu’à mettre leurs pas d’apprentis poètes dans ceux de Jacques Roubaud, figure historique de ce groupe littéraire et poète promeneur invétéré, pour se livrer à l’inspiration d’une ville et au jeu de la contrainte formelle ou thématique.

Ecrits à deux ou quatre mains, les sonnets exposés sont l’expression un regard renouvelé sur un espace riche en potentialités poétique. C’est aussi à travers des notices toponymiques revisitant de manière décalée l’origine du nom de certaines rues de Rodez (là encore à la manière de l’OuLipo) que les élèves ont laissé libre cours à leur imagination.

Alors la poésie, sérieuse ? Oui… mais pas seulement ! Oui… mais pas toujours ! Une vision que les élèves essaieront de faire partager à l’occasion d’une visite guidée assurée par les services du Patrimoine du Grand Rodez, le 1er avril, date toute trouvée s’il en fallait une.

Exposition « Itinéraire(s) poétique(s) oulipien(s) » à la Médiathèque de Rodez du 14 janvier au 18 février 2015.

Visite guidée avec les services du Patrimoine du Grand Rodez le 1er avril.

 

Catégories
  • Culture